Carbon3D : une imprimante 3D inspirée de Terminator !

Parmi les freins au développement de l’impression 3D, il y a on le sait cette sempiternelle vitesse d’impression, souvent en deçà des techniques traditionnelles de fabrication. Si à l’image de Creat It Real certains s’attaquent à l’électronique pour résoudre cette problématique, d’autres ont cherché à améliorer le procédé en lui-même. C’est le cas de Carbon3D, une start-up américaine qui a développé une technologie d’impression 3D 25 à 100 fois plus rapide que l’existant. Répondant au nom de CLIP (Continuous Liquid Interface Production Technology), ce nouveau procédé trouverait sa genèse dans T-1000, le célèbre personnage de Terminator 2 qui naissait d’une flaque de métal en fusion, une scène mythique qui aurait inspiré les ingénieurs de Carbon3D…

Dévoilée lors de la conférence TED de Vancouver au Canada, l’imprimante 3D fonctionne en effet selon une technique voisine du SLA ou DLP, où l’objet prend forme à partir d’une « flaque » de résine. Si à l’instar des autres procédés de photopolymérisation, il s’agit également de durcir une matière photosensible avec avec un rayon UV, la méthode CLIP ne fonctionne pas par superpositions de couches, elle imprime en un seul bloc. C’est justement sur ce point précis que ce système parvient à gagner autant de temps.

La différence se situe en fait au niveau de la lentille de projection qui à la particularité de laisser passer l’oxygène. En même temps que la lumière ultraviolette projetée par la lentille vient durcir la matière, l’oxygène bloque le processus de solidification à certains endroits de la pièce. En inhibant le durcissement, l’oxygène créé des creux et des espaces vides correspondant aux formes de l’objet.

« pour nous il a été immédiatement clair que l’impression 3D ne serait plus jamais la même »

Cette technologie révolutionnaire dont la genèse remonte à 2013, doit également son salut à Sequoia Capital et Silver Lake Kraftwerk, deux sociétés de capital-risque qui en toute discrétion ont financé Carbon3D à hauteur de 41 millions de dollars. « Lorsque nous avons rencontré Carbon3D et vu ce que son équipe avait inventé, pour nous il a été immédiatement clair que l’impression 3D ne serait plus jamais la même. » A déclaré Jim Goetz un des investisseurs de Sequoia.

« Si l’impression 3D espère pouvoir sortir de la niche de prototypage, dans laquelle elle a été pris au piège pendant des décennies, nous avons besoin de trouver une technologie novatrice qui attaque le problème sous un angle nouveau et traite les faiblesses fondamentales de l’impression 3D. » A ajouté Jim Goetz.

Développée par le Professeur Edward Samulski et le Dr Alex Ermoshkin, la machine qui pour le moment n’en est qu’au stade du prototype, devrait être commercialisée d’ici un an à l’occasion de l’ouverture d’un magasin dans la Sillicon Valley.

Si CLIP est un procédé révolutionnaire, il s’affranchit néanmoins du principe même de l’impression 3D à savoir la superposition de couches. Peut-on donc encore parler d’impression 3D ? Où commence et où s’arrête l’impression 3D ? Vaste question…

Autodesk injecte 10 millions $ dans Carbon3D

L’éditeur de logiciels Autodesk a financé Carbon3D à hauteur de 10 millions $.

Carbon3D lève 100 millions $ auprès de Google Ventures !

Google Ventures a injecté 100 millions $ dans Carbon3D.

La technologie CLIP de Carbon3D désormais disponible sur Sculpteo

La technologie de Carbon3D désormais sur la plateforme Sculpteo.

Carbon3D et Kodak s’associent pour développer des matériaux d’impression 3D

Carbon3D et Kodak se sont associé pour développer des matériaux d’impression 3D.