Wacker annonce la première imprimante 3D à chewing-gum !

imprimante 3D à chewing-gum

Fabriqué et commercialisé pour la première fois en 1972 par le scientifique américain Thomas Adams, le chewing-gum appelé aussi gomme à mâcher, pourrait bien retrouver une seconde jeunesse grâce à l’impression 3D. C’est en tout cas ce que suggère le chimiste allemand Wacker qui annonce aujourd’hui « deux premières mondiales pour l’industrie de la confiserie » : une nouvelle technologie dénommée CANDY2GUM, mais surtout un procédé d’impression 3D inédit à chewing-gum. Les deux solutions seront présentées en avant première à l’occasion du ProSweets Cologne 2017, salon international de la confiserie.

Avec sa technologie brevetée CANDY2GUM, le géant allemand est parvenu un créer un bonbon offrant de nouvelles sensations en bouche, passant de l’état mou à celui de chewing-gum après une courte période. Outre la texture et l’expérience de mastication unique, ce nouveau procédé ouvre la voie à de nouveaux parfums jusqu’alors impossibles avec ce genre de confiserie, tels que le jus de fruits, le café, le lait, le caramel, le chocolat ou encore la noix de coco.

« le jus de fruit et le cacao, sont exactement ce que le processus de pétrissage traditionnel ne peut pas travailler »

Le secret de la technologie CANDY2GUM réside dans le processus d’ébullition utilisé pour fabriquer la gomme habituellement fabriquée par pétrissage. « La gomme à mâcher conventionnelle, est fabriquée à partir d’un procédé de pétrissage à sec. Les ingrédients à base d’eau et de graisse, comme le jus de fruit et le cacao, sont exactement ce que le processus de pétrissage traditionnel ne peut pas travailler. » Explique Wacker.

« cette nouvelle technologie peut produire de la gomme dans un large éventail de couleurs, de formes et de saveurs, individuellement personnalisées »

Le salon ProSweets 2017 sera également l’occasion pour Wacker de présenter le premier système d’impression 3D au monde à chewing-gum. Pour ce faire Wacker a développé une gomme à mâcher compatible avec son procédé, ainsi qu’un logiciel optimisé à même de répondre aux contraires de cette matrice alimentaire si particulière. A l’instar des autres technologies d’impression 3D alimentaire, l’intérêt de cette solution réside dans sa capacité à créer des formes personnalisées et plus complexes qu’avec les techniques traditionnelles. « La gomme à mâcher peut être imprimée dans de nombreuses formes, comme des bâtons, des boules et des pastilles. Qu’il s’agisse d’un nom, d’un logo ou d’une figurine miniature, cette nouvelle technologie peut produire de la gomme dans un large éventail de couleurs, de formes et de saveurs, individuellement personnalisées. » Déclare le géant allemand.

Jusqu’alors inconnu dans l’écosystème de l’impression 3D, le chimiste allemand s’illustre pour la deuxième fois cette année. En juin 2016, Wacker dévoilait « ACEO® Imagine Series K », la première imprimante 3D industrielle à silicone.