Une collection étonnante de chaussures imprimées en 3D

Qu’ils soient stylistes ou designers, les créateurs de mode portent un œil de plus en plus attentif à l’impression 3D. Un plébiscite grandissant qui s’explique par le potentiel de personnalisation de cette technologie et sa capacité à produire des modèles aux formes très complexes. A l’image de cette tendance, une jeune designer taïwanaise du nom de Zoe Jia-Yu Dai, a intégré l’impression 3D dans le processus créatif de sa collection. Diplômée de la National Taichung University of Science and Technology et titulaire d’une maitrise acquise au London College of Fashion, Jia Yu Dai s’est en effet emparée de ce procédé pour créer une gamme d’escarpins baptisée “Breaking the 3D Mould” (brise le moule 3D). Une référence à la capacité de l’impression 3D à repousser les limites des techniques de fabrication traditionnelles (usinage, moulage…), et à créer des formes très élaborées habituellement difficiles voir même impossible à reproduire.


Au vu de la structure très complexe des chaussures et plus particulièrement des talons, la designer a utilisé pas moins de 4 logiciels : 3D Studio Max, Rhino, Maya et ZBrush pour modéliser les différentes pièces. Pour le prototypage le choix s’est porté sur trois imprimantes 3D de type FDM à savoir la Replicator 2 de Makerbot, la Wanhao Duplicator 4 et la Flashforge Creator. La première étape dans le processus de modélisation a consisté à numériser les pieds de ses modèles via un scanner spécialisé. A partir de ce scan, Jia Yu Dai a alors dessiné la forme de la chaussure en s’inspirant dit-elle de formes organiques comme celles des coquillages, des fossiles et des os. « Les os sont une partie cruciale du corps, ils soutiennent tout son poids tout comme les chaussures supportent le poids de leur utilisateur. » A expliqué la designer. C’est une Eos Formiga P 110, modèle professionnel de type SLS qui a été utilisée pour imprimer les talons. Une fois peint en blanc, ces derniers ont été assemblés au reste de la chaussure fabriqué lui avec les techniques traditionnelles pour plus de confort. L’impression 3D a également été employée pour concevoir les tampons de gaufrage. Ces pièces ont créé les formes des cuirs gaufrés destinés à recouvrir les escarpins et leurs semelles intérieures.

Dévoilée lors de l’exposition LCF MA15 du London College of Fashion, Breaking the 3D Mould a remporté le prestigieux Prix Jimmy Choo de la marque de luxe éponyme . Fort du succès de sa collection, Jia Yu Dai compte prochainement la commercialiser. « Cette collection se destine au haut de gamme, la haute couture, le marché sur mesure» a déclaré Jia Yu Dai. « Merci à l’impression 3D, grâce à elle les talons, la forme, les matériaux et les couleurs sont tous entièrement personnalisables.