Chanel renouvelle sa confiance à l’impression 3D pour sa seconde brosse à mascara

brosse mascara Strech Chanel

Jusqu’alors essentiellement cantonée à des applications de prototypage pour le packaging, ou plus récemment l’évaluation de produits fini via la bio-impression, l’utilisation de la fabrication additive dans le cosmétique a franchi une nouvelle étape avec Chanel. En lançant il y a deux ans la première production en série de brosses à mascara imprimées en 3D pour son Volume Revolution Chanel, la célèbre marque française de haute couture et produits de beauté, a jeté un formidable coup de projecteur sur le champ de perspectives créatives offertes par cette technologie.

Au-delà la liberté de conception et du gain de temps, Chanel a mis en exergue sa parfaite reproductibilité en l’absence de moule, mais aussi sa capacité de production à grande échelle. Grâce à sa collaboration initiée il y a 12 ans avec l’entreprise française Erpro Factory 3D, et l’intégration de 6 machines dans sa chaîne de production, ce sont jusqu’à 1 million de brosses par mois qui peuvent aujourd’hui être fabriquées de manière additive.

« C’était il y a deux ans ! CHANEL bousculait l’univers de la beauté en créant pour la première fois au monde un mascara, LE VOLUME RÉVOLUTION DE CHANEL, équipé de la première brosse imprimée en 3D et commercialisé à l’échelle industrielle. Immédiatement plébiscité par les femmes du monde entier, il n’a pas quitté le top 5 des ventes en Europe depuis son lancement. » Commente Chanel dans un communiqué.

« Facile à utiliser, cette brosse n’en a pas été moins complexe à élaborer »

Forte de ce succès, l’entreprise a renouvelé son partenariat avec Erpo pour lancer la commercialisation d’un deuxième mascara doté d’une brosse imprimée en 3D. Baptisé Volume Stretch celui-ci intègre une nouvelle forme de brosse. Une étroite collaboration entre les équipes de Recherche et Innovation Packaging, le Studio de Création Maquillage et la Recherche de CHANEL, a permis de concevoir une extrémité d’une extrême précision, avec cinq branches de deux rangées de picots implantées en ellipse avec, au centre, une macro cavité, qu’il aurait été impossible à réaliser sans l’aide de la technologie 3D. « Facile à utiliser, cette brosse n’en a pas été moins complexe à élaborer. » Souligne Chanel. « La taille des picots évolue avec la forme elliptique, pour une application en deux temps : les plus longs, au centre, agrippent et brossent chaque cil en les étirant sur toute leur longueur, tandis que les plus courts, aux extrémités, se chargent de les galber de matière noire avec une répartition homogène de la formule au fil des passages. Soit le travail de deux brosses en un seul outil. »

Comme pour le Volume Revolution il y a deux ans, de nombreux tests et contrôles ont préalablement été réalisés par la marque française pour rester conformes à ses critères élevés de qualité. Chanel confie avoir imprimé la brosse à partir d’une poudre polyamide 100% bio-sourcé Rilsan® développée par Arkema. Il s’agit plus exactement d’un PA11 qui a été fabriqué à partir d’huile de ricin, caractérisé par sa grande malléabilité, et sa résistance aux impacts et à l’usure.

« En tant que fournisseur d’applicateurs mascara Chanel, Erpro 3D Factory est fier d’avoir contribué à la création d’un nouveau service qui met en avant la fabrication additive et surtout la grande série personnalisée à l’échelle industrielle. » Commente le CEO d’Erpro Group Cyrille Vue. « Adopter la fabrication additive, c’est choisir la nouveauté et la liberté. Elle offre des pistes d’exploration jamais explorées auparavant. »

brosse de mascara imprimée en 3D