Un chef étoilé ouvre le premier restaurant de plats imprimés en 3D des Pays-Bas

chef impression 3d

Précurseur de l’impression 3D alimentaire avec son système Focus sorti en 2015, le fabricant byFlow vient de recruter le chef néerlandais Jan Smink comme ambassadeur de sa technologie. Ancien gagnant du prestigieux Bocuse d’Or et chef triplement étoilé au guide Michelin, Smink s’apprête à ouvrir dans la ville Wolvega, le premier restaurant permanent des Pays-Bas à proposer des plats imprimés en 3D. Alors que plusieurs restaurants éphémères du même genre avaient été expérimentés par byFlow, notamment à Londres, la société néerlandaise s’apprête à franchir un nouveau cap avec l’élaboration d’un menu permanent reposant sur sa technologie.

Après plus d’un an de collaboration autour de la création de nouvelles recettes, mais aussi de recherche et développement avec byFlow, Jan Smink inaugura cet établissement d’un nouveau genre en septembre prochain. Une cuisine ouverte permettra aux clients de voir le chef travailler et sublimer son style culinaire grâce aux nouvelles formes géométriques rendues possibles grâce à l’impression 3D. Anciennement utilisé par la banque néerlandaise ING, l’établissement servira également de centre de recherche et de démonstration pour byFlow. Le nom du restaurant devrait être annoncé courant mai, date à laquelle les clients pourront commencer à faire des réservations pour ce restaurant insolite.

plat imprimé en 3D

Fondée en 2009 par des frères et sœurs du nom de Nina et Floris Hoff, la société byFlow a développé une imprimante 3D portable facile d’utilisation. Utilisée aussi bien par des cuisiniers que des pâtissiers ou des chocolatiers, la Focus vise à transposer la capacité de personnalisation de l’impression 3D à la cuisine mais aussi sa liberté de formes et de textures. Proposée au prix de 3300 €, l’imprimante fonctionne avec des cartouches rechargeables pouvant contenir toute sorte de pâtes alimentaires. Plusieurs diamètres de buses sont disponibles allant de 0.3 mm à 1.60 mm.

Il est possible pour l’utilisateur d’utiliser ses propres pâtes ou purées à base de légumes, fruits, viandes, chocolats.. ou d’utiliser des cartouches prêtes à l’emploi développée en collaboration avec Verstegen Spices & Sauces. Spécialisée dans les sauces et les épices, la société souligne l’importance de la consistance des pâtes qui ne doivent pas être trop liquides pour être imprimées. Il est donc nécessaire de compenser en ajoutant des épices et des herbes pour faire office de liant.

« le premier fabricant au monde à fabriquer des cartouches prêtes pour l’imprimante 3D alimentaire Focus »

« Après de longues recherches menées par notre équipe Verstegen Creative Innovation en collaboration avec les ingénieurs de Byflow et le chef cuisinier et conseiller culinaire Jan Smink, Verstegen a réussi à être le premier fabricant au monde à fabriquer des cartouches prêtes pour l’imprimante 3D alimentaire Focus » Explique byFlow. « Il n’y a rien d’artificiel à propos de 3D Food Printing, nous utilisons des ingrédients frais et, pour contribuer à la lutte contre le gaspillage alimentaire, des ingrédients qui autrement auraient été jetés. »

L’autre objectif de la solution développée par byFlow est de lutter contre le gaspillage alimentaire en réutilisant des aliments qui auraient été jetés, mais aussi d’assurer une répétabilité des formes complexes. Le chef Jan Smink démontrera les avantages de l’impression 3D à l’occasion d’une conférence donnée lors de la 4ème édition du salon 3D Food Printing qui se tiendra au Brightland Campus à Venlo les 27 et 28 juin prochains.

En janvier 2017, des chercheurs de l’université australienne Centre for Creative and Cultural Research at the University of Canberra, publiaient une étude qui visait à évaluer la perception des australiens vis à vis de l’impression 3D alimentaire.