3Dvarius : le premier violon électrique imprimé en 3D

violon électrique imprimé en 3d

L’impression 3D dont les usages ne semble décidément avoir de limite que dans l’imagination de ses utilisateurs, s’illustre de plus en plus dans le domaine de la musique. Si jusqu’alors les instruments étaient essentiellement imprimés sous la technologie FDM, la dernière création du genre est née du procédé SLA (Stéréolithographie), technique qui rappelons le, consiste à durcir une résine photosensible à l’aide d’un rayon UV. L’instrument en question est un violon imaginé par un certain Laurent Bernadac, un violoniste électronique français qui souhaitait créer une pièce unique et révolutionnaire. Baptisé 3Dvarius, ce violon transparent à l’allure très futuriste, présente des formes inspirées par le célèbre Stradivarius.  Ces dernières ont été affinées de manière à obtenir un design alliant simplicité et légèreté pour faciliter les mouvements du musicien. Il a fallu pour se faire réduire au maximum le volume de l’instrument, tout en optimisant le son et préservant sa résistance de manière à assurer sa tenue sous la tension des cordes.

« j’ai eu envie de créer un violon électrique résolument nouveau »

« Le 3Dvarius est né, lors d’un stage de 3 mois que j’ai effectué à Stuttgart (2012), lorsque j’ai eu envie de créer un violon électrique résolument nouveau et plus en phase avec mon utilisation. Secondé par quelques étudiants et professeurs de mon école (INSA Toulouse) j’ai développé mon projet en plusieurs phases et tests, jusqu’à aboutir à une version finale le 3Dvarius N°1 nommé « Pauline » ! » A confié Laurent Bernadac à Primante 3D. « Depuis le lancement du projet en 2015, Géraldine Puel, une amie de longue date, m’a rejoint pour développer et communiquer sur ce projet ! »

finition violon

« j’ai choisi l’impression 3D car le design que je voulais ne pouvait pas s’obtenir par une autre technique de production »

Modélisée sous le logiciel CATIA V5, le violon a été imprimé sur le modèle Projet SLA 3500 de 3D Systems, choix que son créateur justifie notamment par la précision du procédé et la complexité du design. « Au départ imaginé en aluminium, j’ai finalement choisi la technique de l’impression 3D car le design que je voulais ne pouvait pas s’obtenir par une autre technique de production. Le choix de la technologie d’impression 3D s’est porté vers la stéréolithographie pour son exceptionnelle précision d’impression et la résistance des objets imprimés. »

Au total il aura fallu 24 heures pour imprimer ce violon mesurant 470mm de long pour 190 mm de large, avec une précision pouvant aller jusqu’à 5 microns suivant la complexité des formes. Une fois nettoyée des supports, la pièce a ensuite été placée dans un four à UV de manière à solidifier complètement la résine. La dernière phase de post impression vise à éliminer toutes les petites bavures en ponçant la pièce pour obtenir une surface bien lisse et une bonne qualité de son.

La dernière étape la plus délicate, consiste à monter les cordes, le récepteur, les chevilles et toutes les autres pièces fabriquées selon les techniques de lutherie traditionnelle. Si on pouvait avoir quelques appréhensions quant à la qualité sonore d’un tel instrument, comme le démontre la vidéo ci-dessous, le ramage est à la hauteur du plumage.

  • La Projet SLA 3500 de 3D Systems employée par Laurent Bernadac coûte environ 53 000 €. Le prototype du 3Dvarius est à 10 000 €, prix qui baissera fatalement une fois sa production lancée. Les premiers exemplaires devraient être commercialisés courant 2016.

3Dvarius disponible sur Kickstarter

3Dvarius : le premier violon électrique imprimé en 3D disponible sur Kickstarter.

D’autres actualités relatives aux instruments de musique

Une guitare électrique imprimée en 3D