Rencontre avec BCN3D et sa nouvelle génération d’imprimantes 3D de bureau professionnelles

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CEO-BCN3D.jpg.

Après un début d’année mouvementé marqué sous le sceau du Covid-19 et sa déferlante médiatique, l’impression 3D reprend son cours plus ou moins normal avec une rentrée riche en nouveautés. La première offensive est portée par la jeune entreprise barcelonaise BCN3D – anciennement RepRapBCN lorsqu’elle proposait des machines en kit – qui a présenté ce jeudi sa nouvelle génération d’imprimantes 3D de bureau professionnelles. Près d’un an après la rencontre de son CTO Eric Pallares, son CEO Xavier Martínez Faneca a accepté de nous livrer les secrets de ses dernières nées.

« Ces deux machines offrent aux utilisateurs les plus intensifs la possibilité d’imprimer avec des matériaux techniques de très bonnes caractéristiques »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Xavier-Martinez-Faneca.jpg.

Le CEO de BCN3D Xavier Martínez Faneca

Bonjour Xavier, comment avez-vous rejoint BCN3D ? Parlez-nous un peu de votre parcours.

BCN3D est née dans un centre technologique spécialisé dans la fabrication, ici à Barcelone. Je suis venu faire un stage d’ingénieur et j’ai participé aux services de prototypage rapide offerts par ce centre technologique. Lorsque l’idée de créer une petite unité commerciale autour du FFF est apparue, le directeur du centre technologique a pensé à moi pour lancer l’idée, on peut dire que je suis le premier stagiaire de BCN3D avant même que BCN3D n’existe.

Vous souvenez-vous de votre première rencontre avec l’impression en 3D ? Pouviez-vous imaginer un tel développement ?

Je ne m’en souviens vraiment pas. Avant d’être directement impliqué dans l’impression 3D, j’ai participé à un projet universitaire de conception et de construction de voitures de course. Nous devions fabriquer toutes sortes de pièces et, juste à côté de l’université, se trouvait le centre technologique dont BCN3D est sorti plus tard. Dès le début, nous avons fait appel à leurs services pour réaliser des prototypes de pièces automobiles. Ma première expérience en tant qu’ingénieur a donc été précisément d’utiliser des imprimantes 3D. Je suppose que c’est pourquoi l’impression 3D est totalement naturelle pour moi, puisque je ne l’ai pas découverte comme une « nouvelle technologie » mais comme un outil pour ma vie quotidienne à cette époque.

La vérité est que l’évolution a été spectaculaire. J’aime voir qu’il y a de plus en plus d’applications mais aussi que le marché les comprend mieux. Je pense que parmi tous les aspects négatifs de la pandémie, l’une des choses que l’industrie de l’impression 3D a gagné est que, jusqu’à présent, ceux qui comprenaient l’impression 3D étaient des gens éminemment techniques, maintenant tout le monde sait qu’avec l’impression 3D, on peut faire des choses très réelles et très nécessaires. Je pense que cela ne s’arrêtera pas avant des années.

« Pour compléter la gamme Epsilon, nous nous occupons du stockage et de la préparation des fichiers à imprimer »

Les nouvelles imprimantes 3D Epsilon W27 et Sigma D25 de BCN3D

Les imprimantes 3D Epsilon W27 et W50 montées sur les Smart Cabinet

Après avoir levé 2,8 millions d’euros lors de son dernier tour de table en juillet dernier BCN3D continue d’innover et d’élargir sa gamme d’imprimantes 3D avec trois nouvelles machines : l’Epsilon W27, le Smart Cabinet et la Sigma D25. Que pouvez-vous nous dire sur leurs caractéristiques et leurs performances ?

Le 19 novembre 2019, nous avons présenté la BCN3D Epsilon, une machine orientée vers une utilisation plus industrielle dans le spectre le plus accessible de l’impression 3D professionnelle. Nous avons reçu de très bons commentaires concernant les caractéristiques et le positionnement. Ce que nous faisons avec ce communiqué annonçant les nouvelles imprimantes 3D de BCN3D, c’est poursuivre dans cette voie en élargissant la gamme Epsilon avec le W27 et en renommant la machine de novembre à W50.

Ces deux machines offrent aux utilisateurs les plus intensifs la possibilité d’imprimer avec des matériaux techniques de très bonnes caractéristiques, comme les plastiques avec fibre de carbone ou le verre, de travailler les petites séries avec le système IDEX et les modes Duplication et Miroir et avec les conditions de sécurité et d’interaction que cette utilisation plus industrielle exige.

Pour compléter la gamme Epsilon, nous nous occupons du stockage et de la préparation des matériaux à imprimer. Il s’agit d’un problème généralement peu étudié mais qui a une influence considérable sur les performances des imprimantes ; de nombreux matériaux utilisés par les imprimeurs ont tendance à absorber l’humidité et cette humidité peut entraîner de mauvaises impressions.

« Nous pensons que la gamme de bureau a encore un long chemin à parcourir et qu’il était temps de faire un lifting de nos produits précédents… »

Imprimante 3D Sigma D25 de BCN3D

Nouvelle imprimante 3D Sigma D25 de BCN3D

Pour résoudre ce problème, nous proposons le Smart Cabinet, un tiroir à humidité contrôlée capable d’alimenter l’Epsilon et de garantir ses meilleures performances. En outre, elle dispose également d’un système UPS qui garantit le bon fonctionnement de la solution en cas de défaillance du réseau électrique. L’idée derrière la gamme Epsilon est de fournir une solution complète pour le stockage, la préparation et l’impression 3D dans des conditions de sécurité correctes, à un prix relativement abordable.

Dans le cas de la Sigma D25, nous renouvelons le portefeuille de nos imprimantes de bureau. Nous pensons que la gamme de bureau a encore un long chemin à parcourir et qu’il était temps de faire un lifting de nos produits précédents, le Sigma et le Sigmax. Avec la D25, les clients continueront à disposer de grandes capacités d’impression grâce au système IDEX qui peut imprimer deux pièces en un seul temps et à une excellente accessibilité et facilité d’utilisation avec tous les services de notre Cloud.

« Les marchés qui ont besoin de ces applications sont très variés, de l’automobile au secteur de la santé »

Smart Cabin de BCN3D

Grâce à son tiroir à humidité contrôlée le Smart Cabinet permet une meilleure gestion des matériaux d’impression 3D

Quels applications et clients visez-vous avec cette série ?

Nous renforçons notre engagement en faveur des applications les plus générales de l’impression 3D : prototypage, pièces finales et petites séries. Les marchés qui ont besoin de ces applications sont très variés, de l’automobile au secteur de la santé, comme nous l’avons vu pendant la pandémie.

En général, ce que nous voulons, c’est que lorsqu’il est nécessaire d’améliorer d’autres processus ou d’aider à concevoir de nouveaux produits ou solutions, une imprimante 3D BCN3D puisse résoudre le problème. Nous pensons que nous pouvons le faire dans de nombreuses verticales différentes.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples concrets d’applications chez vos principaux clients utilisant vos nouvelles imprimantes 3D BCN3D ?

NGNY est une entreprise catalane qui fabrique des machines pour les laboratoires qui analysent les échantillons de sang des patients. Toutes leurs machines sont pratiquement uniques car elles doivent être adaptées à un processus différent en fonction de ce que vous voulez analyser dans les échantillons. Dans ce contexte, BCN3D aide la NGNY à pouvoir réaliser des pièces finales (qui seront dans les machines réelles) avec les meilleurs matériaux et en respectant les exigences auxquelles elle est soumise dans un environnement réel.

Nous avons également des machines chez Nissan ou Seat qui améliorent les processus dans les lignes de production et les centres techniques. Par exemple, Nissan a conçu une pièce pour insérer les roulements en même temps qu’ils sont lubrifiés, c’est-à-dire que l’outillage qu’ils ont réalisé avec l’Epsilon a permis de transformer 2 processus en 1, économisant ainsi des ressources humaines et matérielles.

« je pense que la société en général comprend maintenant beaucoup mieux à quoi sert l’impression 3D »

l'impression 3d de BNC3D pour NGNY

Prototypes fonctionnels imprimés avec la technologie de BNC3D pour les machines automatiques de NGNY. (crédits photo BCN3D)

Comment voyez-vous l’évolution de l’impression 3D depuis le boom des médias en 2013 ? Dans quelle mesure la crise Covid-19 a-t-elle selon vous changé la situation ?

Comme je l’ai déjà dit, je pense que la société en général comprend maintenant beaucoup mieux à quoi sert l’impression 3D. Après la pandémie, les gens identifieront l’impression 3D comme « ce qui nous a permis de disposer très rapidement d’équipements sanitaires lorsque la pandémie du Covid-19 s’est produite ».

Rien que cela est une réussite pour l’industrie, car lorsqu’il y a eu le boom de 2013, les applications proposées étaient méridionales, le commun des mortels pensait qu’avec une imprimante 3D, on pouvait un jour imprimer une poupée et le lendemain un foie. Je pense que c’est beaucoup plus clair et que c’est un pas de plus pour qu’à l’avenir l’impression 3D qui est maintenant très confinée au professionnel puisse faire des pas pour devenir quelque chose de plus social.

« la plupart des sociétés ne savent pas comment concevoir une pièce en 3D »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est epsilon-w50.jpg.

Quelles avancées pourraient conduire à une adoption plus massive de l’impression 3D de bureau ?

Les imprimantes 3D sont encore des machines relativement complexes à adopter en masse. Nombreux matériaux, nombreuses configurations, etc. Je pense que des entreprises comme nous comblent cette lacune en essayant de rendre l’impression 3D plus simple et moins technique. D’autre part, il existe toujours un problème tellement fondamental que la plupart des sociétés ne savent pas comment concevoir une pièce en 3D.

Imaginons comment serait le marché de l’impression du papier si la plupart des gens ne savaient pas comment écrire un paragraphe. Cela change aussi mais ce sera un processus plus long car c’est quelque chose de générationnel, les jeunes d’aujourd’hui savent en moyenne concevoir beaucoup plus que les plus âgés et cela ne cessera pas d’avancer.

« pour imprimer du métal, il faut le chauffer à une température de 600/1000ºC… »

De nombreuses applications sont actuellement limitées par le manque de matériel d’impression. Comment le BCN3D entend-il remédier à cette situation ?

L’introduction de matériaux chargés de fibres est un exemple de la manière dont nous cherchons à limiter ce qui peut être fait sur une imprimante 3D. Nous avons signé des partenariats avec Mitsubishi Chemical et BASF qui travaillent sur de nouveaux matériaux capables d’offrir de nouvelles fonctionnalités.

Cependant, il y a des limites qui ne sont pas celles de l’impression 3D, mais simplement de la physique des matériaux… pour imprimer du métal, il faut le chauffer à une température de 600/1000ºC… Faire cela sur une petite machine bon marché et sûre comme celles conçues et fabriquées par BCN3D est un défi titanesque. Même si nous travaillons pour le moyen terme, nous verrons si nous pouvons y arriver !

« l’impression de grandes quantités de pièces est un autre défi pour l’impression 3D »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BCN3D-serie.jpg.

Au fil des ans, le marché a évolué vers des systèmes de plus en plus grands. Quelles sont les ambitions de BCN3D dans ce segment et quelles sont les difficultés techniques inhérentes à l’impression de gros volumes ?

L’impression de grandes quantités de pièces est un autre défi pour l’impression 3D. Un monde idéal avec des imprimantes fabriquant des milliers d’unités serait fantastique mais, là encore, les limites de la physique sont là pour rendre les choses difficiles. Pour notre part, l’Epsilon W50 est l’une des machines qui, pour moins de 10 000 euros, offre le plus grand volume d’impression 3D. En d’autres termes, en fabriquant une machine qui imprime plus grand, vous augmentez rapidement le prix de la machine et vous enlevez l’accessibilité que nous, à BCN3D, voulons atteindre.

Même si cela pourrait être résolu, le plus grand problème des machines FFF (Fused Filament Forming) est que l’impression de grandes quantités de plastique est vraiment complexe. La fusion de cette quantité de matériau au fur et à mesure que la pièce se matérialise avec tous ses mouvements, etc. est une question très complexe, de sorte que la fabrication d’une énorme machine ne vous permettra de réaliser que de très grosses pièces, mais en y consacrant beaucoup de temps.

« Je pense que l’impression 3D est l’un des secteurs qui sortira renforcé de la pandémie »

Comment décririez-vous l’état de la fabrication additive en Espagne ?

L’impression en 3D est encore fortement corrélée avec l’industrie, de sorte que des pays comme l’Allemagne, les États-Unis ou l’Asie en général sont très puissants. En Espagne aussi, nous avons une bonne industrie, mais elle traverse une période de tension et cela rend sans aucun doute la fabrication additive moins visible que dans d’autres pays.

En tout cas, l’Espagne possède l’un des plus importants distributeurs d’impression 3D en Europe, Sicnova, et bon nombre de centres technologiques tels que le CIM-UPC, d’où est née BCN3D qui développe de nouveaux systèmes d’impression 3D sur des marchés tels que l’architecture ou la santé. Je pense que l’impression 3D est l’un des secteurs qui sortira renforcé de la pandémie et bien que l’Espagne semble toujours être en crise, elle a des bases dans la fabrication additive à reconstruire.