Sciaky produit une pièce métallique imprimée en 3D pour un sous-marin !

Société américaine spécialisée dans la technologie de fabrication additive et le soudage par faisceau d’électrons (EBAM), Siacky a été mandatée par l’International Submarine Engineering (ISE) pour produire un composant destiné à un sous-marin dit AUV (Autonomous Underwater Vehicle), en français « robot sous-marin autonome. » Commandée par l’université australienne de Tasmanie, cette pièce métallique est un ballast en titane destiné à équiper un AUV dénommé Arctic Explorer.

« ISE ne voulait pas risquer d’autres retards, alors ils ont contacté Sciaky »

Elément essentiel d’un sous-marin, le ballast est un réservoir permettant de faire varier son poids en se remplissant d’eau ou d’air. L’appareil peut ainsi plonger, remonter à la surface et gérer sa stabilité. « L’ISE a approché Sciaky suite à la fermeture de son ancien fournisseur qui a notamment produit des réservoirs pour un programme spatial russe. L’ISE ne voulait pas risquer d’autres retards, alors ils ont contacté Sciaky après avoir appris qu’ils avaient produit des réservoirs en titane imprimés en 3D pour Lockheed Martin Space Systems en 2015. » Explique Sciaky.

Ballast en titane imprimé en 3D

Le procédé de fabrication additive utilisé pour la fabrication du réservoir repose sur le système breveté EBAM (Electron Beam Additive Manufacturing). Similaire au FDM, ce procédé consiste à superposer des couches de filaments métalliques en fusion via un faisceau d’électrons. Compatible avec les métaux les plus nobles (Titane, l’Inconel 718, Cuivre Nickel, Acier 4340, Tungstène, l’Aluminium…), ce système de fabrication additive métallique est aussi parmi les plus rapides du marché, soit jusqu’à 10 kg par heure. Il présente également l’avantage de produire des pièces plus denses et de meilleure qualité que les procédés d’impression 3D sur poudre.

Arctic Explorer AUV

« un temps de production réduit de 50% »

Grâce à son système de fabrication additive, Sciaky est parvenue à réduire de 50% le temps de production, soit 8 semaines au lieu de 16, ainsi que les coûts globaux par rapport aux techniques traditionnelles. Le réservoir créé avec le procédé EBAM a passé le même test de qualification que le réservoir précédemment créé avec le procédé de forgeage. « ISE prévoit maintenant d’imprimer en 3D d’autres pièces de titane critiques avec le procédé EBAM de Sciaky. » A déclaré L’ISE.

EBAM 110

En décembre 2016, Sciaky annonçait la livraison imminente de son système EBAM 110 au géant de l’aéronautique Airbus. Fort de cette nouvelle commande, Sciaky renforce son leadership, devenant ainsi la seule entreprise d’impression 3D métal au monde à avoir produit des pièces approuvées pour des applications sur terre, dans l’air et dans la mer.

Robot sous-marin autonome de 7 mètres de long et 2 tonnes, l’Arctic Explorer se destine à de longues missions sur le fond de mer (jusqu’à 5000 m de profondeur) et sous la glace. L’ISE a déjà construit deux Artic Explorer pour le Centre de Recherche et développement de défense du Canada (RDDC), pour cartographier le plancher océanique sous la calotte glaciaire de l’Arctique.

Articles relatifs aux sous-marins

La marine américaine et l’ORNL développent une coque de sous-marin imprimée en 3D