GE dévoile une imprimante 3D métallique XXL !

imprimante 3D Atlas GE

Comme tous les ans à la même période, le Formnext de Francfort, grande messe européenne de la fabrication additive, est synonyme de nouveautés et d’annonces fracassantes de la part des constructeurs. A la manière des grandes marques automobiles, dans un show en son et lumière, GE Additive la filiale de General Electric, a levé le voile sur une imprimante 3D métal aux dimensions XXL. Ce système d’impression 3D métallique très grand format, est la première machine Beta à fusion laser sur lit de poudre développée dans le cadre de son programme A.T.L.A.S (Additive Technology Large Area System) visant à développer la prochaine génération de grandes machines additives.

Développée en l’espace de seulement 9 mois, d’une part grâce à l’expertise de Concept Laser rachetée par GE mais aussi aux 200 millions de dollars injectés dans la R&D, cette machine dotée d’un volume de construction de 1.1 x 1.1 x 0.3 m monte sur le podium des plus grandes imprimante 3D métal à fusion laser du marché. Grâce à son architecture évolutive permettant d’augmenter son axe Z à 1 mètre et plus, elle dépasse même l’imprimante 3D Aeroswift du Sud Africain Aerosud et ses 2000 x 600 x 600 mm. Adaptée aux grands composants de haute résolution et aux géométries complexes, telles que les pièces aérospatiales, la machine peut-être reconfigurée pour incorporer des lasers supplémentaires, ainsi qu’un dosage plus économe des poudres pour diminuer les coûts.

« une solution évolutive et personnalisable qui répond aux besoins de notre industrie »

Vice-président et directeur général de GE Additive, Mohammad Ehteshami déclare à ce propos : « Indépendamment de l’industrie, chaque client a ses propres besoins spécifiques et ses propres niveaux de complexité. Nous entendons régulièrement que les machines de nouvelle génération doivent être personnalisables et configurables. La nouvelle machine de classe mètre que nous inaugurons à formnext est notre réponse à cette rétroaction – une solution évolutive et personnalisable qui répond aux besoins de notre industrie à mesure qu’elle mûrit. »

Avec son énorme volume de construction et sa vitesse de fabrication annoncée comme supérieure à l’existant, la nouvelle machine de GE vise la fabrication de grandes pièces métalliques complexes, pour l’aéronautique, l’automobile, l’aérospatiale, mais aussi l’industrie pétrolière et gazière. Couplé à l’optimisation topologique ce nouveau système pourrait réduire considérablement les coûts de production des avionneurs, mais aussi permettre aux compagnies aériennes des économies considérables de carburant, en fabricant de pièces beaucoup plus légères.

« Notre projet A.T.L.A.S est un moyen pour aider nos clients à être plus efficaces »

« L’introduction de l’innovation et des technologies sur le marché en seulement neuf mois démontre exactement ce que nous entendons par l’accélération de la fabrication industrielle additive. Notre projet A.T.L.A.S est un moyen pour aider nos clients à être plus efficaces alors que le secteur arrive à maturité« , a déclaré Frank Herzog, fondateur et PDG, Concept Laser. « Cela démontre ce qui est possible lorsque nous combinons la force de Concept Laser avec GE. »

GE Additive veut devenir l’un des principaux fournisseurs de technologie, de matériaux et de services de fabrication additive pour les industries et les entreprises du monde entier. Le géant américain s’est donné les moyens de ses ambitions, en investissant 1,5 milliard de dollars depuis 6 ans dans la fabrication additive, et en rachetant deux poids lourds du secteur – Concept Laser et Arcam – pour 1,4 milliard de dollars. En faisant rentrer ces deux entreprises dans son giron, GE déclarait pouvoir réduire ses coûts de 3 à 5 milliards de dollars. En 2016, la société se fixait l’objectif de livrer 10 000 machines dans les dix prochaines années.

Actuellement testée sur un petit nombre de clients, la machine Beta de GE est annoncée courant 2018.