Le premier médicament imprimé en 3D autorisé aux Etats-Unis

spritam
Alors que l’impression 3D connait aujourd’hui une formidable expansion dans le domaine médical via la fabrication de prothèses ou de tissus biologiques, un cap historique vient d’être franchi avec l’autorisation du premier médicament imprimé en 3D aux Etats-Unis. Un comprimé portant le nom de SPRITAM® lévétiracétam, qui vient d’être approuvé par la FDA (Federal Drug Administration), l’organisme en charge de contrôler les médicaments ou tout autre traitement médical sur le territoire américain. Conçu par Aprecia Pharmaceuticals Co, un groupe pharmaceutique basé dans le New Jersey, ce médicament se destine au traitement des crises d’épilepsie grâce au lévétiracétam correspondant à son principe actif.  Si ce traitement existe déjà depuis une quinzaine d’années, l’impression 3D a permis de fabriquer un cachet plus poreux et qui donc se dissout plus rapidement au contact de l’eau.

Destiné aussi bien aux enfants (20 kg minimum) qu’aux adultes, ce comprimé qui doit être pris par voie oral avec une gorgée de liquide, facilite donc la prise de médicament aussi bien pour les malades en jeune âge que les personnes âgées souvent sujettes aux problèmes de déglutition. Un confort non négligeable donc pour les 3 millions de personnes dont 460 000 enfants souffrant d’épilepsie aux Etats-Unis. Si l’impression 3D permet également au SPRITAM de délivrer des doses plus élevées de traitement (jusqu’à 1000 mg), elle permet aussi d’avoir une approche plus personnalisée du patient en délivrant une dose très précise parfaitement adaptée à son profil médical. De la médication sur mesure en somme…

La technologie employée par le groupe appelée ZipDose® technologie, s’appuie sur un technique d’impression 3D mis au point par Zcorp, un fabricant américain d’imprimantes 3D racheté en 2012 par 3D Systems. « Powder bed and inkjet head 3D printing » est le nom de ce procédé développé par le MIT et dont Z Corp avait obtenu une licence exclusive d’utilisation en 1995. Il s’agit d’une technique d’agglomération consistant à projeter un liant sur une poudre, couche après couche jusqu’à obtenir la forme désirée. Une technologie qui s’oppose donc aux procédés traditionnels qui fonctionnent à l’inverse par des techniques de compression ou de moulage.

Aprecia Pharmaceuticals Co qui est le premier groupe pharmaceutique au monde à utiliser l’impression 3D pour développer des produits à échelle commerciale, détient les droits de plus de 50 brevets liés à cette technologie. Quant au SPRITAM® lévétiracétam, le médicament devrait être disponible dans le premier trimestre 2016.

Vidéo comparative entre le Spritam et un comprimé classique

D’autres articles relatifs aux médicaments

Des médicaments imprimés par une Université Britannique