Le 1er magasin de bricolage à imprimer ses outils dans l’espace !

magasin lowe's

En septembre 2014, la NASA faisait sensation en envoyant la première imprimante 3D dans l’espace. Baptisée Zero-G, cette machine née d’un partenariat avec la société Made In Space, avait réussi le pari d’imprimer des objets en condition de microgravité. Fort de ce succès, Made In Space a collaboré avec la chaîne de distribution américaine Lowe’s, pour développer une imprimante 3D encore plus performante.

Basée en Caroline du Nord, cette enseigne spécialisée dans le bricolage et de jardinage, possède également un laboratoire d’innovation (Innovation Labs) où elle développe divers projets technologiques. Ce partenariat entre les deux sociétés a donné naissance à AMF (Additive Manufacturing Facility), une imprimante 3D compacte capable de répondre aux contraintes de la gravité 0.

lowe's

« Pour la première fois, les astronautes pourront fabriquer dans l’espace »

L’envoi de l’imprimante 3D pour la station spatiale internationale (ISS) est prévu pour le premier trimestre 2016. La machine permettra aux astronautes d’imprimer divers pièces de rechange et outils pour réparer pompes, alimentations, circuits de refroidissements et autres appareils défectueux… Selon Made In Space, 30% des pièces de la station spatiale pourrait être imprimées en 3D. Grâce à l’AMF, les astronautes n’auront plus à attendre des mois pour recevoir leurs pièces de réparation.

Les fichiers 3D correspondant aux outils distribués par Lowe’s sur Terre, pourront être envoyés en quelques clics via mail. « Lowe’s qui vend des outils sur la Terre, sera désormais également en mesure de fournir des outils dans l’espace » A déclaré Kyle Nel, directeur du laboratoire d’innovation de Lowe’s. « Pour la première fois, les astronautes pourront fabriquer dans l’espace ce dont ils ont besoin et quand ils en ont besoin ». A ajouté Jason Dunn co-fondateur de Made in Space.

outil AMF

imprimante 3D AMF

« L’AMF est conçue pour fonctionner avec une large gamme de matériaux »

Si la Zero G disposait d’un volume de fabrication assez réduit (10 x 5 x 5cm), celui de l’AMF atteint les 18 x 14 x 10 cm, pour une résolution de 75 microns en épaisseur de couche. L’imprimante 3D est compatible avec plusieurs matériaux plastiques : l’ABS, l’HDPE, le PEI/PC. « L’AMF est conçue pour fonctionner avec une large gamme de matériaux extrudables comprenant des polymères souples et composites. Elle sera en mesure de fabriquer des objets plus grands, plus complexes et plus rapidement, avec une précision plus fine, et avec de multiples matériaux de qualité aéronautique. » A déclaré Made In Space sur son site.

Contrairement aux imprimantes 3D classiques, l’AMF est équipée de ventilateurs et d’appareils de chauffage spéciaux pour compenser les écarts de température, la pression atmosphérique, et l’absence de gravité. L’imprimante utilise également des matériaux ignifuges pour éviter tout risque d’explosions à bord. Made In Space reste le propriétaire de la machine, la NASA et les autres clients potentiels devront payer pour l’utiliser.

reproduction ISS

Reproduction d’un module de l’ISS avec l’AMF

Articles relatifs à l’impression 3D dans l’espace

Majestic s’envole dans l’espace pour imprimer internet en 3D
Le premier objet imprimé en 3D dans l’espace
Thales fabrique les plus grandes pièces jamais imprimées pour le spatial
L’Agence Spatiale Européenne veut développer une imprimante 3D pour circuits électriques

JE PARTAGE !
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn