L’australien AONIQ lance une imprimante 3D PVC

imprimante 3d pcv

La société australienne AONIQ a récemment annoncé le lancement d’une imprimante 3D FDM (dépôt de matière fondue) capable d’imprimer en PVC. A mi-chemin entre l’imprimante 3D industrielle et grand public, ce modèle sobrement baptisée 888 vise à proposer une solution plus abordable aux professionnels. Peu présent sur le marché de la fabrication additive, en raison de ses caractéristiques physico-techniques et de sa toxicité lorsqu’il est chauffé à haute température, le polychlorure de vinyle est un matériau polyvalent très utilisé pour son excellent rapport poids/résistance et sa durabilité dans le bâtiment, notamment dans les canalisations, les membranes de toitures ou encore les encadrements de fenêtres.

« Aujourd’hui, nous n’avons que deux types d’imprimantes 3D, des imprimantes 3D industrielles coûteuses, qui ne sont abordables que pour des entreprises de grande taille ou de niche, ou des imprimantes 3D à faible coût qui ne sont pas adaptées à un usage commercial. Avec cette imprimante 3D, nous donnons à la personne moyenne la capacité d’atteindre non seulement les grandes entreprises, mais de les battre. » A déclaré le PDG d’AONIQ, Michael Slavica.

« 3D Gence et AONIQ travaillent ensemble sur ce projet depuis septembre l’année dernière »

Si peu de matériaux PVC ont été développés pour l’impression 3D, la 888 trouve justement sa genèse dans le lancement en 2016 d’un filament PVC dénommé Vinyle 3D, développé par l’entreprise australienne Chemson Pacific.

Inspirée par la 3Dgence One du fabricant polonais 3DGence, la 888 propose un joli volume de fabrication de 235 x 255 x 195 mm, pour une épaisseur de couche pouvant atteindre les 100 microns. Entièrement cloisonnée, la machine est dotée d’un filtre visant à traiter les vapeurs toxiques de chorure de vinyle libérées pendant l’impression. « 3D Gence et AONIQ travaillent ensemble sur ce projet depuis septembre l’année dernière. 3D Gence produit des imprimantes 3D de qualité exceptionnelle… Ils s’occupent d’une de la construction et AONIQ s’occupe du reste. » Explique AONIQ.

Outre sa tête d’impression interchangeable (0,4 mm, 0,3 mm et 0,5 mm), l’entreprise met également l’accent sur la capacité de sa machine à imprimer jusqu’à 8 heures durant, 5 jours par semaine tout en maintenant le même niveau de qualité. « Nous sommes en mesure d’imprimer en continu pendant des semaines de travail sur la même imprimante sans problème. » Précise AONIQ. En termes de logiciel, AONIQ a opté pour Simplify3D et Cura.

La commercialisation de l’imprimante 3D 888 est annoncée pour 1er août prochain au prix de 12 999 $ avec un an de garantie. Le filament AONIQ PVC est vendu en pack de 10 bobines à 1 490 $.